PASCALE SERVOZ-GAVIN

Plasticienne Videaste

Dès l’âge de 15 ans, elle est comédienne avec le Théâtre de l’Oeil et la Cie Louis Beyler, après une formation au Conservatoire de Grenoble et aux cours Florent. Puis elle se forme aux métiers du cinéma à l’université Paris VIII (licence ECAV-1996) tout en projetant des films (arts et essais, expérimentaux) au Musée d’Art Moderne de Beaubourg, Musée du Louvre, Américan Center…
En 96 elle réalise un court-métrage “Terminal dock” avec des danseurs de la Cie Decouflé et écrit plusieurs scénarios dont “Poursuite” (long métrage) et “chut” (court métrage).
Enrichie de ces expériences, elle opère un changement de trajectoire et conduit ses recherches vers d’autres médiums ; la vidéo-danse et vidéo-expérimentale, l’infographie, la gravure sur métal, et s’ouvre sur le champs de la composition instantanée notamment avec l’écriture en temps réel et le travail du geste improvisé.
Une longue pratique de captation du mouvement (corps-caméra) pour la danse (danse contact, BMC, performance improvisée…) la conduit à la réalisation de vidéo-danses : “Julyen Hamilton” “Brèves de danse”, “Sortir le dragon en hibernation”(Keity Anjoure), “Trapezi” (Sylvie Garot-prix SACD et Nuits Blanches 2005), “le fanfare ballet” et “K par K” (Karim Sebbar), “De poudre et de corps” (Miguel Ortega) et à la réalisation de ses propres vidéo ; “Daydream”, “Tango dans l’eau”, “Animalite”, “Ozland” (avec Olivia Granville).
En 2005, elle rencontre le collectif Médit (plasticiens et performers) basé sur Marseille, et participe à 3 résidences : - chorégraphie performative “Les créatures n’ont pas d'ombres” (ouverture du festival DanseM) – réalisation d’une pièce radiophonique (radio Grenouille - Marseille) - résidence itinérante en Andalousie ; création du film “Harpia” avec Robin de Courcy.
En parallèle et après 4 années de gravure sur métal aux Ateliers Beaux Arts, elle développe un travail sur le trait et le geste automatique. Depuis 2006, elle partage avec 17 artistes sculpteurs et graveurs, un espace de 500m2 aux Lilas (Lilatelier), dans lequel elle expérimente et expose son travail. (participation aux Nuits Blanches 2007, avec la projection de Ozland et Daydream).