DILO

Dilo par lui même


« Poétique et écorché
»
Mon travail pourrait se résumer ainsi, mais il est essentiellement guidé par la matière et le plaisir que je ressens à l’approcher, la travailler, la transformer, la recycler.
J’aime à penser que rien ne se perd, tout se transforme…
Par souci d’économie mais surtout de redonner vie à des matériaux communs abandonnés.
Quel plaisir de se retrouver devant un tas de ferraille… se laisser porter par ce qu’une pièce anodine peut m’inspirer.


Deviner sa fonction première.
Et c’est bien souvent cette pièce de départ qui va guider la recherche des autres.
Un brûleur devient une tête de gendarme en képi et des lamelles de transformateur les pages d’un livre.
A l’inverse, une idée ou une émotion simple va guider mon approche de la matière.
Matière qui me permet d’alimenter, de faire évoluer et de figurer mon intention première.
Ecorché mais en vie… malgré tout.
Funambule sur le fil du faire.
Mettre en forme
Pour attiser cette pulsion de vie.
Balancement précaire.
Equilibre / déséquilibre.
Et qui libre ?... en mouvement. »



Dilo par une amie


« Sur le fond d’un puzzle des 4 éléments, à la rencontre de 2 matières auxquelles il donne une seconde vie, Dilo fige cette fraction de seconde entre l’envol et la chute, entre l’onirisme et la chair, et nous suspend…Balade bucolique et étrange.
Laissez-vous porter…Rêvassez…Siffler si l’envie vous en prend ! »